Les Communs d'Abord https://www.les-communs-dabord.org le media des communs Wed, 01 Apr 2020 13:32:39 +0000 fr-FR hourly 1 https://www.les-communs-dabord.org/wp-content/uploads/sites/18/2016/07/favicon-lcd.png Les Communs d'Abord https://www.les-communs-dabord.org 32 32 Avec Covid-Initiatives, le Réseau Français des Fablabs appelle à coordonner la mobilisation des makers, Makery (30 mars 2020) https://www.les-communs-dabord.org/avec-covid-initiatives-le-reseau-francais-des-fablabs-appelle-a-coordonner-la-mobilisation-des-makers-makery-30-mars-2020/ https://www.les-communs-dabord.org/avec-covid-initiatives-le-reseau-francais-des-fablabs-appelle-a-coordonner-la-mobilisation-des-makers-makery-30-mars-2020/#respond Wed, 01 Apr 2020 13:32:39 +0000 https://www.les-communs-dabord.org/?p=5288 La plateforme Covid-Initiatives du Réseau Français des Fablabs rassemble toutes les initiatives de makers en France qui proposent des équipements et solutions de fortune dans la lutte contre le Covid-19. Article complet à retrouver sur Makery. Le Réseau Français des Fablabs appelle à la mobilisation générale des makers et des fablabs pour lancer la fabrication […]

Cet article Avec Covid-Initiatives, le Réseau Français des Fablabs appelle à coordonner la mobilisation des makers, Makery (30 mars 2020) est apparu en premier sur Les Communs d'Abord.

]]>
La plateforme Covid-Initiatives du Réseau Français des Fablabs rassemble toutes les initiatives de makers en France qui proposent des équipements et solutions de fortune dans la lutte contre le Covid-19. Article complet à retrouver sur Makery.

Le Réseau Français des Fablabs appelle à la mobilisation générale des makers et des fablabs pour lancer la fabrication coordonnée et distribuée sur tous les territoires de métropole, des Dom-Tom et de l’Outremer. Leur conviction : produire au plus près des besoins réduit considérablement les risques de dissémination du virus et réduit les temps de livraison. Le RFFLabs sort aujourd’hui Covid-Initiatives, un riche site rassemblant toutes les initiatives de makers en France qui proposent des équipements et solutions de fortune dans la lutte contre le Covid-19.

 

Cet article Avec Covid-Initiatives, le Réseau Français des Fablabs appelle à coordonner la mobilisation des makers, Makery (30 mars 2020) est apparu en premier sur Les Communs d'Abord.

]]>
https://www.les-communs-dabord.org/avec-covid-initiatives-le-reseau-francais-des-fablabs-appelle-a-coordonner-la-mobilisation-des-makers-makery-30-mars-2020/feed/ 0
David Bollier : « Commoning as a Pandemic Survival Strategy » (30 mars 2020) https://www.les-communs-dabord.org/david-bollier-commoning-as-a-pandemic-survival-strategy-30-mars-2020/ https://www.les-communs-dabord.org/david-bollier-commoning-as-a-pandemic-survival-strategy-30-mars-2020/#respond Tue, 31 Mar 2020 10:59:49 +0000 https://www.les-communs-dabord.org/?p=5283 David Bollier est activiste, consultant politique et auteur américain impliqué dans le mouvement des Communs. Il est cofondateur avec Silke Helfrich et Michel Bauwens de Commons Strategies Group. Il publie le 30 mars 2020 une tribune intitulée  » Commoning as a Pandemic Survival Strategy » dans le contexte de la crise sanitaire actuelle.   « La pandémie […]

Cet article David Bollier : « Commoning as a Pandemic Survival Strategy » (30 mars 2020) est apparu en premier sur Les Communs d'Abord.

]]>
David Bollier est activiste, consultant politique et auteur américain impliqué dans le mouvement des Communs. Il est cofondateur avec Silke Helfrich et Michel Bauwens de Commons Strategies Group. Il publie le 30 mars 2020 une tribune intitulée  » Commoning as a Pandemic Survival Strategy » dans le contexte de la crise sanitaire actuelle.

 

« La pandémie qui balaie maintenant la planète est l’un de ces événements historiques qui changeront de nombreux préssuposés de base de la vie moderne. Agissons rapidement pour faire face aux urgences, mais saisissons également l’occasion de penser à un changement de système à long terme. S’il y a une chose que la pandémie confirme (simultanément au changement climatique), c’est que nos systèmes économiques et politiques modernes doivent changer profondément. […]

L’humanité doit faire un choix. Allons-nous emprunter la voie de la désunion, ou allons-nous adopter la voie de la solidarité mondiale? Si nous choisissons la désunion, cela prolongera non seulement la crise, mais entraînera probablement des catastrophes encore pires à l’avenir. Si nous choisissons la solidarité mondiale, ce sera une victoire non seulement contre le coronavirus, mais contre toutes les épidémies et crises futures qui pourraient assaillir l’humanité au 21e siècle. »

 

Article complet en anglais : https://www.freefairandalive.org/commoning-as-a-pandemic-survival-strategy/

Cet article David Bollier : « Commoning as a Pandemic Survival Strategy » (30 mars 2020) est apparu en premier sur Les Communs d'Abord.

]]>
https://www.les-communs-dabord.org/david-bollier-commoning-as-a-pandemic-survival-strategy-30-mars-2020/feed/ 0
Patrick Pharo : « Le système de santé se révèle aujourd’hui comme un commun essentiel » (30 mars 2020) https://www.les-communs-dabord.org/patrick-pharo-le-systeme-de-sante-se-revele-aujourdhui-comme-un-commun-essentiel/ https://www.les-communs-dabord.org/patrick-pharo-le-systeme-de-sante-se-revele-aujourdhui-comme-un-commun-essentiel/#respond Tue, 31 Mar 2020 09:46:43 +0000 https://www.les-communs-dabord.org/?p=5280 Auteur d’un Éloge des communs (PUF, 2020), le sociologue Patrick Pharo répond, dans un article publié par Usbek et Rica le 30 mars 2020, aux questions de Lionel Meneghin dans le contexte de la crise du Coronavirus. Extrait :  Le 12 mars dernier, lors de son allocution télévisée, le président de la République a insisté […]

Cet article Patrick Pharo : « Le système de santé se révèle aujourd’hui comme un commun essentiel » (30 mars 2020) est apparu en premier sur Les Communs d'Abord.

]]>
Auteur d’un Éloge des communs (PUF, 2020), le sociologue Patrick Pharo répond, dans un article publié par Usbek et Rica le 30 mars 2020, aux questions de Lionel Meneghin dans le contexte de la crise du Coronavirus.

Extrait :

 Le 12 mars dernier, lors de son allocution télévisée, le président de la République a insisté sur la nécessité que certains biens et services restent « en dehors des lois du marché ». Cette prise de conscience, que certains pointent comme tardive, fait écho à la publication récente de votre livre Éloge des communs. En quoi ces derniers constituent-ils un possible remède contre les maux actuels ?

Les « lois du marché » ne sont pas comme les lois déterminées de la physique : elles peuvent prendre toutes sortes de formes, bien qu’elles soient inhérentes à la vie des humains, qui ont tous des désirs d’échange et de jouissance inscrits dans les dispositifs neurologiques de la récompense. Mon livre ne met donc pas en cause le marché, ni même le capitalisme, si cela signifie l’apport d’argent privé pour lancer des entreprises économiques. Il met en cause une orientation générale de l’économie à partir des années 1970, sous l’effet d’une philosophie politique néo-conservatrice qui visait explicitement à rompre avec les plans keynésiens d’après-guerre et à endiguer le développement des idées socialistes, encore puissantes dans les mouvements contestataires des années 1960.

Je montre dans mon livre que cette philosophie est en rupture avec le libéralisme classique, celui de John Locke par exemple, qui était très soucieux de ce qui reste à la communauté une fois que chacun a puisé dans les ressources communes ce qui lui permet de prospérer. Chez un philosophe comme Robert Nozick, au contraire, chacun a le droit de tout rafler, à condition qu’il n’empire pas immédiatement les conditions d’autrui. Le droit de propriété et d’enrichissement personnel est conçu comme radicalement indifférent à tout ce qui peut arriver non seulement aux autres, mais aussi à l’environnement naturel qui n’a jamais été pris en compte dans les calculs de l’économie néolibérale. Et c’est bien ce qui s’est produit dans l’histoire du capitalisme de ces quarante dernières années, que je caractérise comme « addictif » car toutes les digues réglementaires ou morales ont sauté devant l’expression des appétits, un peu comme chez un drogué qui repousse toujours plus loin les limites de sa consommation.

Les communs sont une alternative parce qu’ils consistent justement à prendre en compte, dans les biens convoités par n’importe qui, la part d’autrui ou la part commune, celle qu’il faut préserver, partager, et le cas échéant redistribuer si à un certain moment on a pris plus que sa part (ce qui est la définition de la justice chez Aristote). Le système de santé se révèle aujourd’hui comme un commun essentiel, qui ne peut que souffrir des tendances à la privatisation.

 

Source : https://usbeketrica.com/article/patrick-pharo-le-systeme-de-sante-se-revele-aujourd-hui-comme-un-commun-essentiel

Cet article Patrick Pharo : « Le système de santé se révèle aujourd’hui comme un commun essentiel » (30 mars 2020) est apparu en premier sur Les Communs d'Abord.

]]>
https://www.les-communs-dabord.org/patrick-pharo-le-systeme-de-sante-se-revele-aujourdhui-comme-un-commun-essentiel/feed/ 0
L’épreuve politique de la pandémie, Pierre Dardot et Christian Laval (19 mars 2020) https://www.les-communs-dabord.org/lepreuve-politique-de-la-pandemie-pierre-dardot-et-christian-laval/ https://www.les-communs-dabord.org/lepreuve-politique-de-la-pandemie-pierre-dardot-et-christian-laval/#respond Tue, 31 Mar 2020 09:32:38 +0000 https://www.les-communs-dabord.org/?p=5277   Dans une tribune publiée le 19 mars 2020 dans Mediapart, Pierre Dardot et Christian Laval – auteurs de « Commun. Essai sur la révolution au XXI siècle » – expliquent que la pandémie du Covid 19 met à l’épreuve la capacité des organisations politiques et économiques à faire face. « Ce que nous vivons […]

Cet article L’épreuve politique de la pandémie, Pierre Dardot et Christian Laval (19 mars 2020) est apparu en premier sur Les Communs d'Abord.

]]>
 

Dans une tribune publiée le 19 mars 2020 dans Mediapart, Pierre Dardot et Christian Laval – auteurs de « Commun. Essai sur la révolution au XXI siècle » – expliquent que la pandémie du Covid 19 met à l’épreuve la capacité des organisations politiques et économiques à faire face. « Ce que nous vivons laisse entrevoir ce qui, avec le changement climatique, attend l’humanité dans quelques décennies si la structure économique et politique du monde ne change pas. » 

Cette analyse met notamment en avant la distinction entre « état souverain » et « service public ».
Article complet sur le site de Mediapart.

 

Extraits :

« C’est le sens du mot « public » qui doit retenir ici toute notre attention. On s’avise trop peu souvent du fait que, dans cette expression, « public » est absolument irréductible à « étatique ». Car le « publicum » ici désigné renvoie non à la seule administration étatique, mais à la collectivité tout entière en tant qu’elle est constituée de l’ensemble des citoyens : les services publics ne sont pas les services de l’État au sens où L’État pourrait en disposer à sa guise, ils ne sont pas non plus une projection de l’État, ils sont publics en ce qu’ils sont « au service du public ». Ils relèvent en ce sens d’une obligation positive de l’État à l’égard des citoyens. Autrement dit, ils sont dus par l’État et les gouvernants aux gouvernés, loin d’être une faveur que ferait l’État aux gouvernés, comme la formule d’« État-providence », polémique car d’inspiration libérale, donne à l’entendre […]

C’est pourquoi les services publics relèvent du principe de la solidarité sociale, qui s’impose à tous, et non du principe de la souveraineté qui est incompatible avec celui de la responsabilité publique. […]

Les citoyens de nombreuses villes espagnoles ont ainsi applaudi de leurs balcons les équipes des services sanitaires, quelle que soit par ailleurs leur attitude à l’égard de l’État unitaire centralisé. C’est que les deux choses doivent être soigneusement disjointes. L’attachement des citoyens aux services publics, en particulier aux services hospitaliers, n’est en rien une adhésion à l’autorité ou à la puissance publique sous ses différentes formes, mais un attachement à des services qui ont pour finalité essentielle de pourvoir aux besoins du public. Loin de manifester un repli identitaire sur la nation, cet attachement témoigne d’un sens de l’universel qui traverse les frontières et nous rend si sensibles aux épreuves vécues par nos « concitoyens en pandémie », qu’ils soient italiens, espagnols, et finalement européens ou non.[…]

On ne peut ajouter foi à la promesse de Macron selon laquelle il serait le premier à mettre en cause « notre modèle de développement » après la crise. On peut même légitimement penser que les mesures drastiques en matière économique répèteront celles de 2008 et viseront un « retour à la normale », c’est-à-dire la destruction de la planète et l’inégalisation croissante des conditions sociales. On doit plutôt craindre dès maintenant que l’énorme facture pour « sauver l’économie » ne soit à nouveau présentée aux salariés et aux contribuables les plus modestes. Pourtant, à la faveur de cette épreuve, quelque chose a changé qui fait que rien ne pourra plus être tout à fait comme avant. Le souverainisme d’État, par son réflexe sécuritaire et son tropisme xénophobe, a fait la preuve de sa faillite. Loin de contenir le capital global, il en aménage l’action en exacerbant la concurrence. Deux choses sont désormais apparues à des millions d’hommes. D’une part, la place des services publics comme institutions du commun capables de mettre en œuvre la solidarité vitale entre humains. D’autre part, le besoin politique le plus urgent de l’humanité, l’institution des communs mondiaux. Puisque les risques majeurs sont globaux, l’entraide doit être mondiale, les politiques doivent être coordonnées, les moyens et les connaissances doivent être partagées, la coopération doit être la règle absolue. Santé, climat, économie, éducation, culture ne doivent plus être considérées comme des propriétés privées ou des biens d’État : ils doivent être considérés comme des communs mondiaux et être institués politiquement comme tels. Une chose est désormais sûre : le salut ne viendra pas d’en haut. Seules des insurrections, des soulèvements et des coalitions transnationales de citoyens peuvent l’imposer aux Etats et au capital. »

 

 

Cet article L’épreuve politique de la pandémie, Pierre Dardot et Christian Laval (19 mars 2020) est apparu en premier sur Les Communs d'Abord.

]]>
https://www.les-communs-dabord.org/lepreuve-politique-de-la-pandemie-pierre-dardot-et-christian-laval/feed/ 0
S’implanter: (se) planter ? Cycle de conférences du Festival Bellastock 2020 https://www.les-communs-dabord.org/simplanter-se-planter-cycle-de-conferences-du-festival-bellastock-2020/ https://www.les-communs-dabord.org/simplanter-se-planter-cycle-de-conferences-du-festival-bellastock-2020/#respond Sun, 01 Mar 2020 21:08:08 +0000 https://www.les-communs-dabord.org/?p=5271 En 2020, face à l’urgence de répondre aux enjeux environnementaux liés à la fabrique de la ville et des paysages, Bellastock propose, au travers un cycle de conférences, d’aborder la question du VIVANT au moment de s’implanter sur un site. La thématique des communs traversera plusieurs de ces conférences.   Comme chaque année, le Festival […]

Cet article S’implanter: (se) planter ? Cycle de conférences du Festival Bellastock 2020 est apparu en premier sur Les Communs d'Abord.

]]>
En 2020, face à l’urgence de répondre aux enjeux environnementaux liés à la fabrique de la ville et des paysages, Bellastock propose, au travers un cycle de conférences, d’aborder la question du VIVANT au moment de s’implanter sur un site. La thématique des communs traversera plusieurs de ces conférences.

 

Comme chaque année, le Festival Bellastock débute cette réflexion par un cycle de conférences-débats. Il se déroule en trois soirées, qui accueillent chacune 3 personnalités, représentant chacune une pratique liée à la fabrique de la ville, et un regard sur sa discipline au travers de son activité d’enseignement. Chaque soirée posera une question qui nous a paru à la fois pertinente et volontairement impertinente, en bousculant le schéma “classique” de l’implantation en la requestionnant :

S’IMPLANTER : (se) planter ?

— OÙ —

ENSA Paris-Belleville, 60 Boulevard de la Villette, 75019 Paris

— QUAND —

Mercredi 4 mars • 19h • S’implanter : (se) planter ? #1 — À quoi sert l’analyse ?

  • Françoise Quéméneur de l’ANPU — analogie à la psychanalyse
  • Bénédicte Grosjean — le rôle des territoires dans l’institution de système de communs
  • Pablo Georgieff de COLOCO — paysagistes, urbanistes, botanistes, jardiniers et artistes pour des stratégies territoriales et paysagères prenant en considération l’ensemble du vivant. philosophes pour l’humain et la culture dans le vivant

Mercredi 11 mars • 19h • S’implanter : (se) planter ? #2 — Que faire du sol ?

  • Sophie Bertin — mise en œuvre de stratégies durables de gestion des arbres et de la forêt, dans un contexte de changement climatique
  • Nicolas Bel de Topager (à confirmer) — le biomimétisme des écosystèmes et les toits maraîchers
  • Agence TER — dépasser les oppositions entre urbanistes, architectes et paysagistes et comprendre le territoire dans sa globalité pour fabriquer le paysage urbain de demain

Mercredi 18 mars • 19h • S’implanter : (se) planter ? #3 — Y a-t-il lieu ?

  • Thierry Paquot — philosophe et urbaniste
  • Philippe Simay — habiter le monde, comment avoir prise sur ses responsabilités en tant qu’architecte
  • Sophie Ricard — habiter la ville, la permanence architecturale

Les échanges et réflexions menés au cours de ce mois de mars formeront une base de connaissances sur laquelle s’appuiera l’équipe de Bellastock, pour proposer l’implantation raisonnée d’une ville éphémère au moment du festival Cité Vivant qui se tiendra en juillet 2020.

— CONTEXTE —

Depuis 2018, Bellastock travaille en lien avec le Ministère de la Culture et les Ecoles d’Architecture d’Île-de-France à la création du CAAPP : Le Cluster Art Architecture Paysage Patrimoine.
Le CAAPP sera un lieu de pédagogie à travers l’expérimentation à l’échelle un, qui rassemblera étudiants, enseignants, chercheurs, mais aussi professionnels et grand public autour de des questions liées à la fabrique de la ville (plus d’infos sur https://caapp.fr/).
Ce projet représente la concrétisation d’une vision de l’enseignement et de la formation par l’action, que Bellastock porte depuis l’organisation de son premier festival en 2006. Pour affirmer son engagement dans ce projet, Bellastock a décidé de dédier les trois prochaines éditions de son festival à la préfiguration de ce lieu (2020, 2021 et 2022), et ainsi mettre eu service du CAAPP son expertise et son réseau d’acteurs autour de l’économie circulaire en architecture, notamment sur les questions d’urbanisme de transition et de réemploi de matériaux. Cette préfiguration s’organise en trois phases d’un an, chacune de ces phases donnera lieu à une thématique propre à chaque festival.

2020 — La phase « S’implanter », donne lieu à la thématique du VIVANT en architecture
2021 — La phase « S’outiller »
2022 — La phase « S’ouvrir »

Les deux premières années de travail menées depuis 2018 par l’équipe de coordination du CAAPP en lien avec les acteurs territoriaux de l’Essonne (91) — et notamment l’organisation de deux festivals Bellastock en 2018 et 2019 à Ville d’Évry-Courcouronnes — ont permis de trouver un terrain d’accueil à la hauteur des ambitions de ce projet : La Maison Sainte-Geneviève et le Parc Bataille à Evry-Courcouronnes.

Plus d’informations ici 

Bellastock sur les réseaux sociaux
Suivez S’IMPLANTER : (se) planter ? sur nos réseaux !
> Facebook
> Instagram — @bellastock
> Twitter — @bellastock_
> LinkedIn — @Bellastock

Source : https://www.bellastock.com/non-classe/simplanter-se-planter/

 

 

Cet article S’implanter: (se) planter ? Cycle de conférences du Festival Bellastock 2020 est apparu en premier sur Les Communs d'Abord.

]]>
https://www.les-communs-dabord.org/simplanter-se-planter-cycle-de-conferences-du-festival-bellastock-2020/feed/ 0
Le bilan des « mairies du changement » en Espagne. Par Héloïse Nez. The Conversation https://www.les-communs-dabord.org/le-bilan-des-mairies-du-changement-en-espagne-par-heloise-nez-the-conversation/ https://www.les-communs-dabord.org/le-bilan-des-mairies-du-changement-en-espagne-par-heloise-nez-the-conversation/#respond Sun, 23 Feb 2020 18:16:46 +0000 https://www.les-communs-dabord.org/?p=5266 Le 16 février 2020 est paru dans The Conversation une analyse, signée Héloïse Nez, qui interroge le bilan des « mairies du changement » à Barcelone, Madrid, et d’autres villes en Espagne.   Ont-elles relevé le double défi de changer tant le contenu des politiques publiques que la manière de faire de la politique ? […]

Cet article Le bilan des « mairies du changement » en Espagne. Par Héloïse Nez. The Conversation est apparu en premier sur Les Communs d'Abord.

]]>
Le 16 février 2020 est paru dans The Conversation une analyse, signée Héloïse Nez, qui interroge le bilan des « mairies du changement » à Barcelone, Madrid, et d’autres villes en Espagne.

 

Ont-elles relevé le double défi de changer tant le contenu des politiques publiques que la manière de faire de la politique ? Et comment expliquer que la plupart de ces équipes municipales n’aient pas été reconduites quatre ans plus tard ?

 

À lire sur le site : https://theconversation.com/le-bilan-des-mairies-du-changement-en-espagne-131127

Photographie : Pierre-Philippe Marcou/AFP

Cet article Le bilan des « mairies du changement » en Espagne. Par Héloïse Nez. The Conversation est apparu en premier sur Les Communs d'Abord.

]]>
https://www.les-communs-dabord.org/le-bilan-des-mairies-du-changement-en-espagne-par-heloise-nez-the-conversation/feed/ 0
Entretien avec David Bravo, architecte et ancien conseiller en charge de la lutte contre la gentrification de la Mairie de Barcelone. Par Alain Ambrosi https://www.les-communs-dabord.org/entretien-avec-david-bravo-architecte-et-ancien-conseiller-en-charge-de-la-lutte-contre-la-gentrification-de-la-mairie-de-barcelone-par-alain-ambrosi/ https://www.les-communs-dabord.org/entretien-avec-david-bravo-architecte-et-ancien-conseiller-en-charge-de-la-lutte-contre-la-gentrification-de-la-mairie-de-barcelone-par-alain-ambrosi/#respond Sun, 23 Feb 2020 18:00:14 +0000 https://www.les-communs-dabord.org/?p=5263 Le collectif Remix The Commons publie un entretien en français avec David Bravo, architecte barcelonais, ancien conseiller en charge de la lutte contre la gentrification de la Mairie de Barcelone. Membre du collectif La Fira o la Vida. Entretien réalisé par Alain Ambrosi à Barcelone, septembre 2019. Traduction Nancy Thede, Camille Laurent. À lire sur […]

Cet article Entretien avec David Bravo, architecte et ancien conseiller en charge de la lutte contre la gentrification de la Mairie de Barcelone. Par Alain Ambrosi est apparu en premier sur Les Communs d'Abord.

]]>
Le collectif Remix The Commons publie un entretien en français avec David Bravo, architecte barcelonais, ancien conseiller en charge de la lutte contre la gentrification de la Mairie de Barcelone. Membre du collectif La Fira o la Vida. Entretien réalisé par Alain Ambrosi à Barcelone, septembre 2019. Traduction Nancy Thede, Camille Laurent.

À lire sur https://wiki.remixthecommons.org/index.php/Entrevue_David_Bravo

Photographie de couverture : A la plaça! Guanyem Barcelona, par Barcelona En ComúCreative Commons Attribution-Share Alike 2.0 Generic license.

Cet article Entretien avec David Bravo, architecte et ancien conseiller en charge de la lutte contre la gentrification de la Mairie de Barcelone. Par Alain Ambrosi est apparu en premier sur Les Communs d'Abord.

]]>
https://www.les-communs-dabord.org/entretien-avec-david-bravo-architecte-et-ancien-conseiller-en-charge-de-la-lutte-contre-la-gentrification-de-la-mairie-de-barcelone-par-alain-ambrosi/feed/ 0
Une approche ouverte des droits culturels (28 avril et 7 mai 2020, Quevaucamps) https://www.les-communs-dabord.org/une-approche-ouverte-des-droits-culturels-28-avril-et-7-mai-2020-quevaucamps/ https://www.les-communs-dabord.org/une-approche-ouverte-des-droits-culturels-28-avril-et-7-mai-2020-quevaucamps/#respond Sun, 23 Feb 2020 17:42:00 +0000 https://www.les-communs-dabord.org/?p=5260 Les 28 avril et 7 mai 2020, deux dates pour « une journée consacrée aux droits culturels ». Deux séances pour un nombre limité de 20 personnes à chaque date Au centre culturel de Beloeil (rue Joseph Wauters 20 à Quevaucamps) De 9h à 16h30 UNE APPROCHE OUVERTE DES DROITS CULTURELS Des clés de lecture et une […]

Cet article Une approche ouverte des droits culturels (28 avril et 7 mai 2020, Quevaucamps) est apparu en premier sur Les Communs d'Abord.

]]>
Les 28 avril et 7 mai 2020, deux dates pour « une journée consacrée aux droits culturels ».
Deux séances pour un nombre limité de 20 personnes à chaque date
Au centre culturel de Beloeil (rue Joseph Wauters 20 à Quevaucamps)
De 9h à 16h30

UNE APPROCHE OUVERTE DES DROITS CULTURELS
Des clés de lecture et une réflexion d’ensemble, d’analyse et de perspectives en lien avec les préoccupations, les pratiques, les publics et les enjeux de terrain pour nourrir vos projets
Cette formation s’adresse à tout professionnel du champ social ou socioculturel

Au terme de ce module de formation, les participants seront capables de s’approprier les principes essentiels de la théorie des droits culturels, d’en saisir les contenus et les multiples dimensions, d’en enrichir leurs savoirs professionnels et leur métier, et d’en nourrir leurs projets.
En appropriant les fondements des droits culturels à leurs actions et à leurs projets, les participants possèderont davantage de moyens de les conforter et de pouvoir appuyer sur des principes de droit universels leur recherche d’effectivité des droits culturels des publics avec lesquels ils travaillent.

PROGRAMME

  • un premier temps consacré une approche théorique des droits culturels reposant sur une série de clés d’analyse de quelques instruments nationaux (les politiques culturelles existantes) internationaux et européens, entrecoupée de séquences de questions/échanges/réponses.
  • un second temps permet d’approfondir certains aspects de la théorie en regard des préoccupations spécifiques des participants, reposant notamment sur ce qui émane des séquences de questions/ échanges/ réponses du premier temps.

MÉTHODOLOGIE
Le modèle pédagogique de la formation est celui, dans un premier temps, de l’information reposant sur des documents ad hoc, puis de l’entretien ouvert et de l’échange, tout particulièrement en ces domaines croisés du droit, de la culture, et de la démocratie, du travail social, de l’éducation permanente, l’intérêt du recours, le moment venu, à l’intelligence collective. Cette méthode est en parfaite cohérence avec les enjeux prioritaires des droits culturels, revendiquant pour chacun la liberté et les moyens effectifs d’affirmation, d’expression et de partage de la pensée, des opinions, et de la créativité de chacun.

Cet article Une approche ouverte des droits culturels (28 avril et 7 mai 2020, Quevaucamps) est apparu en premier sur Les Communs d'Abord.

]]>
https://www.les-communs-dabord.org/une-approche-ouverte-des-droits-culturels-28-avril-et-7-mai-2020-quevaucamps/feed/ 0
« Faire commun.e ! » Rencontre internationale Fearless Cities (15-17 mai 2020, Grenoble) https://www.les-communs-dabord.org/faire-commun-e-rencontre-internationale-fearless-cities-15-17-mai-2020-grenoble/ https://www.les-communs-dabord.org/faire-commun-e-rencontre-internationale-fearless-cities-15-17-mai-2020-grenoble/#comments Sun, 23 Feb 2020 17:22:48 +0000 https://www.les-communs-dabord.org/?p=5256 Après les élections municipales, du 15 au 17 mai 2020 se tiendra à Grenoble un rassemblement pour « Faire commun.e ! », porté par Commonspolis et le Mouvement Utopia. Cette rencontre s’adresse aux membres de listes participatives (gagnantes ou non suite aux élections), aux élu.e.s locaux, aux habitant.es engagé.es localement et chercheuses/chercheurs impliqué.es dans ces transformations, et […]

Cet article « Faire commun.e ! » Rencontre internationale Fearless Cities (15-17 mai 2020, Grenoble) est apparu en premier sur Les Communs d'Abord.

]]>
Après les élections municipales, du 15 au 17 mai 2020 se tiendra à Grenoble un rassemblement pour « Faire commun.e ! », porté par Commonspolis et le Mouvement Utopia. Cette rencontre s’adresse aux membres de listes participatives (gagnantes ou non suite aux élections), aux élu.e.s locaux, aux habitant.es engagé.es localement et chercheuses/chercheurs impliqué.es dans ces transformations, et s’inscrit dans l’histoire des rencontres internationales des Fearless Cities.

 

Nous sommes de plus en plus nombreuses et nombreux à vouloir prendre en main la gestion de nos communes, de nos territoires. À s’impliquer localement et affirmer les valeurs de solidarité, d’inclusion et de défense des droits fondamentaux face aux défis auxquels nous sommes confrontés (climatiques, culturels, écologiques, politiques, sociaux…).

Ces derniers mois de nouvelles forces et valeurs se sont ancrées. Une énergie est là. Il est temps de faire commun.e !

 

RENDEZ-VOUS À GRENOBLE DU 15 AU 17 MAI POUR UNE GRANDE RENCONTRE MUNICIPALISTE

 

Cette rencontre, qui s’adresse aux membres de listes participatives (gagnantes ou non suite aux élections), aux élu.e.s locaux, aux habitant.es engagé.es localement et chercheuses/chercheurs impliqué.es dans ces transformations, s’inscrit dans l’histoire des rencontres internationales des Fearless Cities – Villes sans peur. Après les élections municipales, prenons le temps de nous rassembler, pour comprendre et compter nos forces. Prenons le temps de construire un espace commun afin de partager nos expériences et visions. Décidons de prendre le temps pour mieux nous relier, de l’échelle locale à l’échelle européenne, pour nous soutenir, continuer à expérimenter ensemble et pouvoir peser à d’autres échelles.

 

Cet article « Faire commun.e ! » Rencontre internationale Fearless Cities (15-17 mai 2020, Grenoble) est apparu en premier sur Les Communs d'Abord.

]]>
https://www.les-communs-dabord.org/faire-commun-e-rencontre-internationale-fearless-cities-15-17-mai-2020-grenoble/feed/ 1
Création de l’Institut d’Écologie Sociale et de Communalisme https://www.les-communs-dabord.org/creation-de-linstitut-decologie-sociale-et-de-communalisme/ https://www.les-communs-dabord.org/creation-de-linstitut-decologie-sociale-et-de-communalisme/#respond Sun, 23 Feb 2020 17:06:42 +0000 https://www.les-communs-dabord.org/?p=5251 Réunies les 15 et 16 février derniers à Sainte-Foy-la-grande en Gironde, une quinzaine de personnes venues d’horizons divers ont créé l’Institut d’Écologie Sociale et de Communalisme, convaincues que cette approche initiée par Murray Bookchin permet d’articuler les luttes sociales et écologiques par la mise en œuvre du communalisme. Les activités principales de l’IESC seront : • Le […]

Cet article Création de l’Institut d’Écologie Sociale et de Communalisme est apparu en premier sur Les Communs d'Abord.

]]>
Réunies les 15 et 16 février derniers à Sainte-Foy-la-grande en Gironde, une quinzaine de personnes venues d’horizons divers ont créé l’Institut d’Écologie Sociale et de Communalisme, convaincues que cette approche initiée par Murray Bookchin permet d’articuler les luttes sociales et écologiques par la mise en œuvre du communalisme.
Les activités principales de l’IESC seront :
• Le rassemblement et la mise à disposition publique de tous les types de documents se rapportant à l’écologie sociale et au communalisme, en particulier en français ;
• l’organisation de formations en vis-à-vis et en ligne sur ses différentes thématiques ;
• la recherche et l’expérimentation dans le domaine du communalisme et de l’écologie sociale ;
• l’entraide mutuelle entre les collectifs œuvrant dans le sens de l’écologie sociale et du communalisme ;
• la mise en place de services utiles à ces collectifs.
Les principes et objectifs fondamentaux de l’IESC sont, très synthétiquement : la lutte contre toutes les dominations, le nationalisme et la xénophobie ; la critique radicale du capitalisme ;
la confédération d’assemblées en démocratie directe ; l’auto-organisation économique.
Le communalisme exclut par principe la participation à des listes électorales mixtes avec des partis et des professionnels de la politique, ainsi que la démocratie « participative » où tout le pouvoir n’est pas aux assemblées.
Ces principes sont précisés dans une charte qui a été élaborée lors de ce week-end constituant, disponible sur le site de l’institut :
Sur ce site, seront transmises prochainement toutes les ressources et informations relatives aux activités de l’institut.
La volonté de créer cet institut a émergé à la fois des mouvements de gilets jaunes assembléistes et de la Commune des communes initiée à Commercy ainsi que des diverses initiatives d’écologie sociale de par le monde (Rencontres internationales de l’écologie sociale, Conférences à Athènes de l’Institut Transnational d’Écologie Sociale…).
Elle a été inspirée par l’institut d’écologie sociale créé par Murray Bookchin dans le Vermont (États-Unis d’Amérique) et fait écho aux expériences des Zapatistes au Mexique et du Confédéralisme démocratique au Rojava.

Cet article Création de l’Institut d’Écologie Sociale et de Communalisme est apparu en premier sur Les Communs d'Abord.

]]>
https://www.les-communs-dabord.org/creation-de-linstitut-decologie-sociale-et-de-communalisme/feed/ 0